court-métrage d'animation

Les Mains de Léonard

Synopsis

 C'est l'histoire d'un bûcheron, de Léonard. Il est grand, il est fort, il est bourru, il est impressionnant ! Et pourtant il est candide comme un collégien. Et voilà qu'il tombe amoureux de la belle Alice. Et Alice aime un pianiste... Pour lui plaire, Léonard décide de vendre ses vilaines grosses mains de bûcheron pour acheter de délicates mains de pianiste. Alice l'aimera-t-elle ainsi ?...

Le Film

 Les Mains de Léonard est un conte, cruel comme tous les contes. Il parle de cette satanée obligation d'être adulte, de se confronter à la violente réalité, et des douleurs qui en découlent. Cette réalité qui contient pourtant, pour peu qu'on y regarde bien, tout ce qu'il faut pour être heureux...

 Ce scénario est un des premiers que j'ai écrit quand j’avais à peine 20 ans. J'y avais transcrit, sans vraiment m'en rendre compte, les craintes et les espoirs les plus vifs que la vie m'inspirait. Ressortant le projet du tiroir presque 15 ans plus tard, il me parle plus que jamais car la plupart de mes craintes se sont réalisées, et un bout de mon cerveau, toujours candide, s'agrippe encore aux mêmes espoirs.

Inspirations et Intentions

 Mes sources d'inspiration pour ce film sont principalement Barton Fink des frères Coen et Mary & Max de Adam Elliot.

 Ces deux chefs-d'oeuvre me parlent, m'inspirent et m'influencent à tous points de vue : pour leurs images, leurs décors et leurs lumières, qui remodèlent le monde à leurs histoires. Pour leur poésie violente et cruelle, et pour leurs personnages qui, eux aussi, luttent désespérément avec la réalité.

 J'aimerais réaliser un conte, car les contes accusent la vie à coups de magie, de sorcières et de bons génies, qui matérialisent nos cauchemars et nos rêves. Ce conte sera filmé à la première personne comme si la caméra logeait dans la tête de Léonard (candide nous l'avons dit) et qui voit le monde comme un film d'animation fait de dessins, de carton, de pâte à modeler. Les comédiens, bien réels, seront filmés sur un fond vert puis incrustés sur des décors, naïfs comme des bricolages d'enfants.

 Afin d'illustrer ce concept, nous avons réalisé un test. Bien que non encore abouti, il expose le but esthétique que nous nous proposons d'atteindre.

 Voici donc Léonard à la poursuite d'un billet de théâtre embarqué par le vent...